Excursions autour des pratiques muséales

EMERGENCES ET RAPPROCHEMENTS

Un renouveau de la muséologie se manifeste au Maroc depuis la création récente d’une nouvelle institution publique qui annonce un tournant en matière de gouvernance patrimoniale visant à combler le déficit de projet et d’encadrement muséographique national par des pratiques de (re)qualification du patrimoine matériel à travers multiples entreprises de réhabilitation, promotion et développement d’infrastructures culturelles et d’édification de modèles culturels et patrimoniaux. Ces grands chantiers de muséologie sont inaugurés en 2014 avec la création d’un musée d’un genre nouveau au Maroc : le musée d’art moderne et contemporain, fruit d’une conscience historique qui se manifeste dans des pratiques patrimoniales diverses depuis le tournant des années 60 à nos jours.

Durant les années 60 et 70, elles sont le fait d’une poignée d’artistes qui mettent en jeu – à travers pratiques artistiques et discursives – la nécessité de capitaliser sur la réappropriation et l’actualisation du patrimoine dans la mise en œuvre du projet de la modernité culturelle. La question patrimoniale se conjugue alors aux enjeux esthétiques et sociaux.

Les années 90, sont le moment où ces pratiques patrimoniales s’incarnent dans des initiatives culturelles menées par nombre de structures indépendantes depuis le milieu des années 90. Ces structures constituent tout à la fois des instances de validation et de légitimation, et des sites actifs de production et de diffusion des savoirs. Elles forment aujourd’hui un réseau qui garantit les conditions d’existence et d’accessibilité aux travaux d’artistes contemporains marocains et internationaux en introduisant de nouvelles modalités de structuration du champ artistique et d’institutionnalisation de l’art contemporain. Avec les institutions publiques – centres officiels de production du patrimoine –, elles constituent l’autre extrémité d’un spectre riche d’expériences nouvelles de rapport au patrimoine, à l’art et ses médiations, ainsi qu’à son marché, et occupent des positions plurielles croisant souvent les champs d’action attendus de la part des institutions publiques en matière de médiation artistique, éducation, création d’espace public de la culture, d’action culturelle participative, etc.

On voit ici l’importance de prendre en compte la pluralité des sites et des stratégies qui constellent le champ patrimonial marocain, où l’on observe depuis 2010 l’émergence de nouveaux modèles muséaux privés ou semi-privés qui semblent revendiquer les prérogatives de l’institution muséale publique. Dans ce jeu complexe entre les différents processus, s’impose la nécessité de s’interroger sur la spécificité muséale et sur les multiples formes d’interaction avec les autres modèles culturels. Nous prendrons pour exemple le cas de la ville de Marrakech où cette cohabitation, qui semble de plus en plus claire dans le paysage culturel, appelle certaines questions à propos du rôle (déclaré et/ou attendu) de ces structures, de leur statut et de leur projet culturel et social. Leur nouveauté, la variété de leurs formes, mais également la difficulté de les définir selon les cadres institutionnels favorise une méthodologie d’exploration préalable afin d’inventorier les différentes formes d’activités liées à l’éducation, à l’action culturelle, à la médiation et à l’expérience muséographique qu’elles peuvent soutenir. Cette approche a pour objectif de clarifier le partage des rôles et responsabilités entre ces différents modèles culturels, et de cibler les fonctions, spécificités, et champs d’expertise en présence afin de se doter d’une vision globale et de mieux comprendre la réalité que recouvrent les institutions en jeu.

Projet pour une anthologie critique et subjective

Le projet d’une anthologie critique et subjective est né de la nécessité de fournir de nouveaux outils méthodologiques nécessaires à la production des savoirs et à l’écriture des histoires de l’art du Maroc, mais également d’interroger les sources et les documents existants dans leur spécificité linguistique, et leur articulation aux différents champs disciplinaires tels que la littérature et les sciences sociales et humaines.

Les sources et documents considérés sont divers et témoignent de la multiplicité des voix des protagonistes ayant œuvré à la constitution d’un champ de savoirs dont les fondements et principes sont à chercher dans des supports allant du manifeste à l’essai, du compte-rendu d’exposition à la lettre ouverte ou de l’édito journalistique au témoignage.

Le choix du corpus de texte répond à deux partis pris. D’une part l’affirmation d’un contexte géoculturel définit par des trajectoires d’artistes révélatrices de ramifications et d’interférences diverses, et d’autre part le choix en faveur d’un découpage thématique témoignant de la démarche subjective des auteurs.

Trois perspectives présideront au choix du corpus, pouvant agir simultanément ou séparément.

Une première aura pour objectif de rendre compte des sites de production des discours et d’en déterminer les acteurs et les dynamiques qui opèrent dans la structuration des réseaux et des groupes d’artistes et dans la participation aux courants politiques et idéologiques tels que les mouvements d’indépendances, de panarabisme et panafricanisme.

Une seconde s’intéressera aux conditions et modalités d’émergence de ce champ de savoirs théoriques et critiques. Nous chercherons à mettre en lumière la manière dont il s’est construit et d’en dégager les principes fondateurs.

Une troisième abordera la question des catégories esthétiques au prisme des discours dominants, et sera l’occasion d’identifier certaines idées réductrices (lieux communs de l’histoire de l’art de cette région) et voir de quelle manière elles sont sujettes à validation ou réévaluation à travers le temps.

Cette démarche thématique ne refuse pas la chronologie. Celle-ci intervient tel un fil conducteur qui vient structurer l’ensemble et créer une perspective historiographique, qui s’autorise la confrontation, au sein d’une même thématique, de textes aux temporalités hétérogènes (ex : tel essai sur une approche critique des enjeux patrimoniaux contemporains éclairant telle revendication de la période post-indépendance, soit par l’analyse d’un phénomène historique par un auteur contemporain).

Par ailleurs, ce projet repose sur différentes méthodologies de recherche, que nous élaborons et mettons à l’épreuve durant l’élaboration de l’anthologie. La première étape consiste à procéder au recensement des sources à notre disposition afin d’en dégager un découpage chronologique. Dans l’état, nous avons déterminé le séquençage des huit temps forts suivants :

1950-1962 ( La nomination de Farid Belkahia à la tête de l’école des Beaux-Arts de Casablanca, constitution du “groupe de Casablanca” )

1962-1972 ( 2ème coups d’état, l’arrêt de la revue Souffles, conduisant à l’arrestation et aux procès des principaux protagonistes )

1972-1977 ( A la suite des grande biennales et expositions panarabes, la biennale de Rabat est à contriario considéré comme un fiasco par la scène artistique, 1977 marque la fin de la revue Integral)

1977-1981 ( Le renouvellement de la société civile au début des années 1980, telle que la création de l’AMDH (association marocaine des droits de l’homme en 1979) )

1981-1992 ( Le changement pédagogique à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Tetouan, cristallisé autour du retour de certains professeurs tels que Hassan Echair ou Faouzi Laatiris qui ouvre la même l’atelier Volumes et Installations, formant ainsi la nouvelle garde de la scène artistique contemporaine )

1992-1999 ( L’année du Maroc en France, l’ouverture de l’exposition L’Objet Désorienté au Maroc, commissarié par Jean-Louis Froment, au musée des Arts Décoratifs de Paris )

1999-2014 ( L’ouverture du musée d’art moderne et contemporain Mohamed VI, réclamé par la scène artistique depuis 1967 à la mort d’Ahmed Cherkaoui )

2014 – période contemporaine