Katarzyna Pieprzak

NEW METHODOLOGIES

ATELIER AVEC KATARZYNA PIEPRZAK

Vendredi 17 Novembre – 19h : Rencontre publique avec Katarzyna Pieprzak au Cube – independent art room

Samedi 18 Novembre – 10h à 18h : Atelier avec les participants sélectionnés

Cet atelier est conçu par ARAV en collaboration avec Le Cube – independent art room (Rabat)

 Hassan Darsi, Zone d’incertitude, vidéo, 19’03, 2014, courtesy de l’artiste

Plateformes affectives

La discussion matinale s’opère autour d’un article par Katarzyna Pieprzak, “Whitewash as Affective Platform: Art and Politics of Surface in the Work of Hassan Darsi and Yto Barrada” au sujet du blanc de chaux et de la façon dont les artistes Hassan Darsi et Yto Barrada mobilisent ce matériau comme surface affective dans leurs œuvres traitant de la politique urbaine au Maroc. La méthode de travail de l’auteure prend en considération le rôle de la théorie des affects dans nos approches de l’art, des espaces urbains, et plus particulièrement des institutions, abordant ainsi la discipline de la muséologie dont l’auteure est spécialiste. La théorie des affects décentralise un savoir cognitif pour faire place à l’expérience corporelle des émotions. 

L’après-midi, le groupe se rendra au Musée Archéologique afin de réaliser une cartographie affective de l’espace muséal et ses alentours. Le groupe articulera collectivement un lexique des affects (en anglais, français, arabe). Lors de la visite, les participants dessineront leurs expériences individuelles dans l’espace.  Nous essayerons ainsi de produire une carte collective des affects et de discuter de la possibilité de visualiser et de traduire les émotions.

Modalités de participation

Cet atelier s’adresse tout particulièrement aux étudiant.e.s, chercheur.e.s, curateurs (curatrices), artistes, acteurs(actrices) culturels intéressé.e.s par les domaines de la muséologie, l’espace public, l’urbanisme, l’architecture la performance, le design et les sciences sociales. 

Les discussions se dérouleront en français et en anglais, des lectures préparatoires en anglais seront envoyées en amont de l’atelier. Les frais de déplacement sont à la charge du participant. Le déjeuner du samedi midi est pris en charge par ARAV.

Le(a) candidat(e) doit envoyer un email expliquant son intérêt pour la thématique proposée. Les candidatures seront examinées par ARAV qui retiendra 8 candidat(e)s. Tous les candidat(e)s, qu’ils(elles) soient retenu(e)s ou non, seront contacté(e)s individuellement début Novembre.  

Candidature à envoyer par email : arav.groupe@gmail.com

Date limite de candidature : 10 Novembre 2018

 

Excursions autour des pratiques muséales

EMERGENCES ET RAPPROCHEMENTS

Un renouveau de la muséologie se manifeste au Maroc depuis la création récente d’une nouvelle institution publique qui annonce un tournant en matière de gouvernance patrimoniale visant à combler le déficit de projet et d’encadrement muséographique national par des pratiques de (re)qualification du patrimoine matériel à travers multiples entreprises de réhabilitation, promotion et développement d’infrastructures culturelles et d’édification de modèles culturels et patrimoniaux. Ces grands chantiers de muséologie sont inaugurés en 2014 avec la création d’un musée d’un genre nouveau au Maroc : le musée d’art moderne et contemporain, fruit d’une conscience historique qui se manifeste dans des pratiques patrimoniales diverses depuis le tournant des années 60 à nos jours.

Durant les années 60 et 70, elles sont le fait d’une poignée d’artistes qui mettent en jeu – à travers pratiques artistiques et discursives – la nécessité de capitaliser sur la réappropriation et l’actualisation du patrimoine dans la mise en œuvre du projet de la modernité culturelle. La question patrimoniale se conjugue alors aux enjeux esthétiques et sociaux.

Les années 90, sont le moment où ces pratiques patrimoniales s’incarnent dans des initiatives culturelles menées par nombre de structures indépendantes depuis le milieu des années 90. Ces structures constituent tout à la fois des instances de validation et de légitimation, et des sites actifs de production et de diffusion des savoirs. Elles forment aujourd’hui un réseau qui garantit les conditions d’existence et d’accessibilité aux travaux d’artistes contemporains marocains et internationaux en introduisant de nouvelles modalités de structuration du champ artistique et d’institutionnalisation de l’art contemporain. Avec les institutions publiques – centres officiels de production du patrimoine –, elles constituent l’autre extrémité d’un spectre riche d’expériences nouvelles de rapport au patrimoine, à l’art et ses médiations, ainsi qu’à son marché, et occupent des positions plurielles croisant souvent les champs d’action attendus de la part des institutions publiques en matière de médiation artistique, éducation, création d’espace public de la culture, d’action culturelle participative, etc.

On voit ici l’importance de prendre en compte la pluralité des sites et des stratégies qui constellent le champ patrimonial marocain, où l’on observe depuis 2010 l’émergence de nouveaux modèles muséaux privés ou semi-privés qui semblent revendiquer les prérogatives de l’institution muséale publique. Dans ce jeu complexe entre les différents processus, s’impose la nécessité de s’interroger sur la spécificité muséale et sur les multiples formes d’interaction avec les autres modèles culturels. Nous prendrons pour exemple le cas de la ville de Marrakech où cette cohabitation, qui semble de plus en plus claire dans le paysage culturel, appelle certaines questions à propos du rôle (déclaré et/ou attendu) de ces structures, de leur statut et de leur projet culturel et social. Leur nouveauté, la variété de leurs formes, mais également la difficulté de les définir selon les cadres institutionnels favorise une méthodologie d’exploration préalable afin d’inventorier les différentes formes d’activités liées à l’éducation, à l’action culturelle, à la médiation et à l’expérience muséographique qu’elles peuvent soutenir. Cette approche a pour objectif de clarifier le partage des rôles et responsabilités entre ces différents modèles culturels, et de cibler les fonctions, spécificités, et champs d’expertise en présence afin de se doter d’une vision globale et de mieux comprendre la réalité que recouvrent les institutions en jeu.

الجدد المنهاجيات | New Methodologies

Définition du programme

La série d’ateliers New Methodologies, une proposition du groupe de recherche ARAV, entend produire collectivement des outils théoriques et méthodologiques novateurs pour aborder l’histoire de l’art au Maroc et au Maghreb dans un contexte de recherche marqué par un ascendant des cadres d’interprétation normatifs.

ARAV émerge du besoin de créer une nouvelle plate-forme de publication en dehors du contexte universitaire, institutionnel et muséal qui souffre de l’absence d’un département de recherche en histoire de l’art. Cette absence, ainsi qu’un certain nombre de faillites dans les politiques culturelles, ont eu pour conséquence d’amoindrir la création d’espaces dédiés aux chercheurs. Loin de vouloir se substituer à un modèle universitaire, ARAV a l’intention, au contraire, de favoriser une dynamique basée sur l’expérience, le travail sur le terrain et la pensée critique ; telle une micro-académie d’un genre nouveau, dont le programme serait basé sur la remise en question des systèmes pédagogiques en situation post-coloniale.

Dans ce contexte, la création de nouveaux outils théoriques et méthodologiques est essentielle et constitue l’essence du programme New Methodologies. Cette méthodologie spécifique entend proposer de nouveaux sites et discours, mais aussi favoriser l’apparition de récits subalternes qui pourraient être restés dans l’ombre de l’Histoire officielle. Cette possibilité prospective de nouveaux récits à venir et de l’invention de leur outils d’écriture sont la base même de ce programme. La volonté de relier le monde de la recherche scientifique à celui des observations empiriques, de se baser sur un travail de terrain avec des acteurs de la société civile voire de mener une recherche archéologique ou anthropologique est symptomatique du désir du groupe de réfléchir à un domaine de connaissance inclusif, contribuant à repenser les distinctions académiques entre les domaines de recherche.

Déroulement et thématiques

Le programme est composé de 6 ateliers répartis sur l’année 2017-2018. Nous avons défini trois thématiques particulières qui seront traitées chacune durant deux ateliers : les pratiques muséales, la modernité en situation post-coloniale et l’historiographie. Chaque session est animée par un chercheur(se), un curateur(trice), un acteur culturel, dont le travail a démontré une pertinence particulière aux problématiques et à la méthodologie énoncées.

Les participants doivent répondre à un appel à participation et seront sélectionnés sur la base de leur intérêt pour les thématiques proposées. L’appel sera ouvert aux chercheurs, indépendants ou universitaires, ainsi qu’aux artistes ou curateurs(trices) pratiquant la recherche, de toutes nationalités confondues. Cependant la priorité sera donnée aux participants marocains.

Réalisations et concrétisations après les ateliers

A la fin de chaque atelier, les participants devront produire des entrées méthodologiques et innovantes qui seront publiées en ligne. Ces entrées peuvent prendre la forme de glossaires, de définitions, de courts essais, d’entretiens, de portfolios visuels, ou toute autre forme que le chercheur jugera adéquate. Le résultat escompté de ces sessions est de créer une archive en ligne concrète et reflétant le contexte artistique et de recherche local, ainsi que de fournir des sources primaires et du contenu scientifique supportant la recherche dans le domaine de l’histoire de l’art au Maroc et au Maghreb.

ARAV souhaite également développer les trois thématiques abordées et les résultats des différentes sessions sous la forme d’un numéro spécifique de la revue du groupe. Les sessions des ateliers seront également filmées et diffusées sur le site de ARAV.