Excursions autour des pratiques muséales

EMERGENCES ET RAPPROCHEMENTS

Un renouveau de la muséologie se manifeste au Maroc depuis la création récente d’une nouvelle institution publique qui annonce un tournant en matière de gouvernance patrimoniale visant à combler le déficit de projet et d’encadrement muséographique national par des pratiques de (re)qualification du patrimoine matériel à travers multiples entreprises de réhabilitation, promotion et développement d’infrastructures culturelles et d’édification de modèles culturels et patrimoniaux. Ces grands chantiers de muséologie sont inaugurés en 2014 avec la création d’un musée d’un genre nouveau au Maroc : le musée d’art moderne et contemporain, fruit d’une conscience historique qui se manifeste dans des pratiques patrimoniales diverses depuis le tournant des années 60 à nos jours.

Durant les années 60 et 70, elles sont le fait d’une poignée d’artistes qui mettent en jeu – à travers pratiques artistiques et discursives – la nécessité de capitaliser sur la réappropriation et l’actualisation du patrimoine dans la mise en œuvre du projet de la modernité culturelle. La question patrimoniale se conjugue alors aux enjeux esthétiques et sociaux.

Les années 90, sont le moment où ces pratiques patrimoniales s’incarnent dans des initiatives culturelles menées par nombre de structures indépendantes depuis le milieu des années 90. Ces structures constituent tout à la fois des instances de validation et de légitimation, et des sites actifs de production et de diffusion des savoirs. Elles forment aujourd’hui un réseau qui garantit les conditions d’existence et d’accessibilité aux travaux d’artistes contemporains marocains et internationaux en introduisant de nouvelles modalités de structuration du champ artistique et d’institutionnalisation de l’art contemporain. Avec les institutions publiques – centres officiels de production du patrimoine –, elles constituent l’autre extrémité d’un spectre riche d’expériences nouvelles de rapport au patrimoine, à l’art et ses médiations, ainsi qu’à son marché, et occupent des positions plurielles croisant souvent les champs d’action attendus de la part des institutions publiques en matière de médiation artistique, éducation, création d’espace public de la culture, d’action culturelle participative, etc.

On voit ici l’importance de prendre en compte la pluralité des sites et des stratégies qui constellent le champ patrimonial marocain, où l’on observe depuis 2010 l’émergence de nouveaux modèles muséaux privés ou semi-privés qui semblent revendiquer les prérogatives de l’institution muséale publique. Dans ce jeu complexe entre les différents processus, s’impose la nécessité de s’interroger sur la spécificité muséale et sur les multiples formes d’interaction avec les autres modèles culturels. Nous prendrons pour exemple le cas de la ville de Marrakech où cette cohabitation, qui semble de plus en plus claire dans le paysage culturel, appelle certaines questions à propos du rôle (déclaré et/ou attendu) de ces structures, de leur statut et de leur projet culturel et social. Leur nouveauté, la variété de leurs formes, mais également la difficulté de les définir selon les cadres institutionnels favorise une méthodologie d’exploration préalable afin d’inventorier les différentes formes d’activités liées à l’éducation, à l’action culturelle, à la médiation et à l’expérience muséographique qu’elles peuvent soutenir. Cette approche a pour objectif de clarifier le partage des rôles et responsabilités entre ces différents modèles culturels, et de cibler les fonctions, spécificités, et champs d’expertise en présence afin de se doter d’une vision globale et de mieux comprendre la réalité que recouvrent les institutions en jeu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.